Job-out : j’ai fait mon switch, et le yoga m’y a beaucoup aidé

Il y a peu, je me trouvais dans une situation professionnelle inconfortable. Oui, j’avais fini par décrocher il y a quelques années LE job dans lequel j’allais enfin m’épanouir, qui plus est dans l’économie sociale et solidaire, mon dada. Non, tout ne s’est finalement pas passé comme je l’aurais souhaité, et malgré l’immense respect que j’avais pour mon équipe et ce que l’organisation avait achevé jusqu’ici, je ne me sentais pas « dans mes baskets ».

Ajoutez à cela un cerveau qui bouillonait en permanence, rempli de projets parallèles, d’envies d’ailleurs, de rencontres stimulantes, mais aussi des problèmes de santé qui me prenaient beaucoup de temps et d’énergie, et vous aurez le cocktail parfait du fameux « switcher« .

Switcher? Quésaco? Faire son switch, c’est un peu comme un plongeon dans le grand bain quand on est pas sûre de savoir très bien nager. C’est aspirer au changement, c’est se refuser à une trajectoire prévue d’avance, c’est se surprendre soi-même à rêver d’ailleurs. Ces situations peuvent concerner tout le monde à un moment donné de sa vie: l’étudiant qui rebifurque vers les lettres après un bac S,  la cadre sup’ qui devient naturopathe, la reconversion professionnelle pure et simple, ceux qui cumulent plusieurs métiers/passions dans leur emploi du temps… Ou plus raisonnablement (ou pas), ceux qui comme moi quittent leur boulot mais restent dans le même domaine, pour se lancer dans plusieurs projets passionnants, sous forme de freelance, de bénévolat, de formation.  Switch Collective, en parle parfaitement sur son site internet avec un humour très décalé, qui permet de relativiser un peu (beaucoup) sur cette sensation d’être totalement perdu dans sa vie (alors qu’en fait, pas du tout) (hm). J’ai participé à l’un de leurs évènements « Pitch your Switch », après avoir moi-même pris ma décision, et les témoignages des participants m’ont complètement confortée dans mes choix. (tout est en ligne sur YouTube).

Une autre chose m’a énormément aidé à avancer pendant cette période, vous vous en douterez: le yoga.

mountain-lake-931726_1920

A vrai dire, je ne suis pas sûre que je serais là où je suis aujourd’hui si je n’avais pas eu le yoga (sans parler bien entendu des amis, de la famille, et du beurre de cacahuète).

Je résumerais ce qu’il m’a apporté en trois mots: conscience, évasion, prise de décision.

Conscience

Je ne décrirai pas ici le pourquoi du comment la respiration est au centre du yoga (avec les exercices dits pranayama), d’autres l’ont fait bien mieux que moi comme Maud sur son blog Adesa Yoga.

Ce que je souhaiterais partager en revanche, c’est en quoi le simple fait de revenir à ma respiration m’a aidé à prendre du recul sur ma situation.

Inspire

Quand tu es à ton boulot ou chez toi, et que tu sens la pression monter, les pensées s’accélerer, le coeur palpiter, INSPIRE. Mets-toi juste quelques minutes en position confortable, assis les deux pieds bien à plat sur le sol, les mains sur les genoux, le dos droit, et inspire longuemment par le nez en t’élevant vers le ciel. Ne fais pas le vide dans ta tête, tu n’y arriveras pas. Mais prends simplement conscience de ton état de stress, accepte-le, et regarde-le comme quelqu’un qui viendrait te rendre visite. Sauf que tu ne souhaites pas l’accueillir chez toi, tu sais qu’il ne te sera pas très utile pour avancer et sourire. Alors souris, justement, et prends une longue expiration, plus longue encore que ton inspiration…

Expire

Toujours par le nez, expire lentement, et imagine l’air REMONTER du ventre vers le haut de ton corps, pour sortir par le nez. Oui quand on expire on a parfois tendance à visualiser un abaissement du corps alors qu’au contraire, l’air doit resortir par le haut pour amplifier ce sentiment de purification. Et là, pendant que tu expires, visualise toutes tes pensées négatives sortirent avec l’air, calmement.

Ne pense pas à ce que tu vas faire ensuite, au prochain état de stress qui va survenir dans 5 minutes. Oui, il arrivera probablement, mais à vrai dire ce qui compte maintenant, c’est ce qu’il se passe maintenant, non? Alors souris à nouveau parce que tu as réussi, même si ce n’est que pour 1 minute, à te sentir mieux.

Lorsque l’on ne prend pas conscience des émotions qui nous submergent, on se laisse haper par elles, nous n’avons plus le contrôle. Si l’on prend conscience, ne serait-ce que quelques secondes, du fait que l’on a été subergmé par ces émotions, alors on reprend le contrôle. On peut décider de les garder, de les chasser, ou de simplement les observer.

C’est un véritable exercice de méditation de pleine conscience que je viens de décrire ici, en essayant de mettre des mots simples. Je n’y arrivais pas nécessairement au début, et probablement qu’en lisant cela la première fois je n’aurais pas très bien compris par quoi commencer. C’est en réessayant plusieurs fois par jour, au bureau, dans le métro, en marchant, dans mon lit, sous la douche, que j’ai fini par comprendre. Oui, dans le métro, il m’arrivait souvent de méditer, ça passe relativement inaperçu, et c’est assez drôle de rouvrir les yeux sur une foule qui vaque à ses occupations.

Evasion

Asanas (postures de yoga)

J’ai réalisé à quel point il était essentiel que je m’accorde des moments pour retrouver mon tapis le soir, le week-end, chez moi ou en cours collectifs. Trop souvent, j’ai négligé ce temps pour moi, je l’ai mis de côté, avec parfois des périodes de grande culpabilisation qui n’aidait pas « tu as un blog yoga et déjà que tu n’écris plus dessus depuis des mois, tu te mets à négliger ta pratique blablabla ». C’est lorsque j’ai enfin réussi à faire taire cette petite voix imposante que j’ai reçu tous les bénéfices de ma pratique, même réduite. Quand j’étais sur le tapis, j’étais sur le tapis. Je n’étais pas en train de penser aux 1000 autres choses à faire de ma to-do list, ni aux 15 sms et e-mails auxquels je n’avais pas encore répondu.

L’idéal que je recommanderais, c’est de donner une réelle intention de départ à votre pratique. « Aujourd’hui, ma pratique sera consacrée à »:

  • ce qui me rend heureuse au quotidien
  • la gratitude que je ressens envers mes proches ou envers moi-même
  • de quoi ai-je vraiment envie au fond de moi
  • etc.

Un jour en cours collectif, pendant la méditation finale, ma professeur de yoga nous a incité à visualiser qui nous souhaiterions être dans un futur idéal. Cette méditation m’a beaucoup aidé à faire le tri dans ma situation actuelle, ou tout du moins à avancer dans ma réflexion.

Lecture

Eh oui, je considère que ma pratique du yoga passe aussi par des lectures. Pendant cette période de doute, je me suis recentrée sur des ouvrages liés à la pleine conscience, à l’altruisme, et bien sûr au yoga:

  • Les Yoga Sutras de Patanjali, pas toujours dans l’ordre et pas encore de façon très studieuse, mais suffisamment pour m’apporter quelques enseignements de vie (j’en cite quelques extraits à la fin de l’article)
  • Vers la révolution intérieure de Krishnamurti
  • L’éveil des sens, par Jon Kabat-Zinn
  • Vers une société altruiste par Matthieu Ricard et Tania Singer
  • La Yoga-Thérapie par le Dr. Lionel Coudron (mon professeur de yoga depuis cette rentrée!)
  • L’Arbre du Yoga (deuxième lecture) par BKS Iyengar
  • etc.

J’ai également lu des livres de développement personnel, alors même que ce n’était pas tellement mon truc avant. En vrac: Comme par Magie d’Elizabeth Gilbert; Créez le job de vos rêves et la vie qui va avec d’Alexis Botaya et Corentin Orsini; 3 kifs par jour et Power Patate de Florence Servan-Schreiber.

yoga-1313115_1920

Prise de décision

L’ensemble de cette pratique du yoga m’a vraiment aidé à prendre du recul sur ce mal-être que je ressentais, et à me poser les vraies bonnes questions:

  • Pourquoi ressens-tu ce mal-être?
  • Que peux-tu faire pour y remédier dans le contexte actuel?
  • Si l’on oublie le contexte actuel, que souhaiterais-tu faire dans tes rêves les plus fous?
  • Par quoi commencer, même une petite chose? …

Je ne m’amusais pas juste à me les poser comme ça, en l’air, mais je tâchais d’y répondre une à une, et pour cela l’écriture à été salvatrice: des tonnes et des tonnes de feuilles volantes et de carnets remplis de réflexions, d’idées, de projets, d’envie, de questions. Un jour, je les prendrai bout-à-bout (si tant est que je les retrouve toutes!) et je pense que je serais surprise de les relire. Cet exercice m’a aider à « purger » mes émotions négatives et ne filtrer que le positif. Jusqu’au jour où la prise de décision s’est faite toute seule, après une nuit de réflexion intense, de peur mais aussi de joie. Le sentiment de libération intense qui s’en est suivi a été délicieux. 

Finalement, le yoga m’a permis, je pense, de réaliser un profond travail d’introspection.

Je concluerai avec ces quelques extraits des Yoga-Sutras, qui sont pour moi très parlant au regard de mon expérience :

« Le Yoga est l’arrêt de l’activité automatique du mental » (1.2)

« L’arrêt des pensées automatiques s’obtient par une pratique intense dans un esprit de lâcher-prise » (1.12)

« La maladie, l’abattement, le doute, le désequilibre mental, la paresse, l’intempérance, l’erreur de jugement, le fait de ne pas réaliser ce qu’on a projeté ou de changer trop souvent de projet, tels sont les obstacles qui dispersent la conscience » (1.30)

« La souffrance, l’angoisse, la nervosité, une respiration accélérée, sont les compagnons de cette dispersion mentale » (1.31)

« Etre clair dans ses pensées et ses actes, être en paix avec ce que l’on vit, sans désirer plus ou autre chose, pratiquer avec ardeur, apprendre à se connaître et à agir dans le mouvement de la vie, telles sont les règles de vie que propose le Yoga. » (2.32)

« Quand les pensées perturbent ces attitudes, il faut laisser se manifester le contraire » (2.33)

et surtout:

« La douleur à venir peut être évitée » (2.16)

 

Merci yoga 🙂 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

4 commentaires sur “Job-out : j’ai fait mon switch, et le yoga m’y a beaucoup aidé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s