L’Hormone Yogathérapie ou…comment méditer sur vos ovaires!

paragliding-341824_1920

Un yoga pour faire remonter le taux d’hormones, vous y croyez?

Si vous en doutez, c’est pourtant le premier bienfait vanté par l’Hormone Yogathérapie. Concrètement, activer votre taux d’hormones peut permettre de régler de nombreux soucis: règles douloureuses, aménorrhée, infertilité, dérèglements liés à la ménopause, kystes ovariens, et globalement l’ensemble des désagréments liés à un taux d’hormones trop faible: chute de cheveux, irritabilité, épuisement, anxiété, sécheresse vaginale, migraine, acné… De quoi concerner un bon nombre de personnes!

Curieuse de cette promesse et ayant personnellement besoin de quelques coup de pouce à ce niveau là, j’ai testé un atelier de 3 heures, avec Kathy Wolff à Rasa Yoga Rive Gauche. Je vous raconte tout.

Au début des années 1990, Dinah Rodriguez a 63 ans et déjà des dizaines d’années de pratique intensive de Hatha-Yoga derrière elle. Son gynécologue Dr Luciano M. Nardoza lui fait part de son admiration: sa santé est excellente. Persuadée que c’est le yoga qui la maintient en parfaite santé, Dinah lui suggère de créer ensemble une série de postures pour augmenter la production d’hormones féminines, ce qu’il accepte.

L’Hormone Yogathérapie (que j’appellerai HY) était donc née. Cette série de postures a été construite avec des professionnels de la santé, et ses bienfaits ont été régulièrement évalués. Par ailleurs les hommes aussi peuvent avoir des dérèglements hormonaux, et l’HY s’adresse également à eux, bien que les postures proposées soient différentes.

Pour ma part, quand je vois ce petit bout de femme qu’est Dinah aujourd’hui à plus de 85 ans, elle pourrait essayer de me vendre une crème antiride à base de caillou que ça marcherait! Je vous laisse juger par vous-même:

 

Comment se déroule une séance?

 

Ici, pas de AUM, pas de mantra, pas de chants. En revanche, beaucoup de pranayama (Ujjayi, Bhastrika) et de postures ciblées. On est pas dans le yoga traditionnel, on est vraiment dans la thérapie pure (et dure). Ce qui peut, pour ma part, me déranger, mais libre à chacun ensuite d’adapter la série à ses propres besoins.

L’atelier était d’une durée de 3 heures pour bien décomposer chaque posture, mais en ayant maîtrisé l’ensemble de la série, il est possible de la réaliser en 35 à 40 minutes. Les postures sont accessibles à tout le monde, avec des adaptations possibles.

Le principe qui régit l’HY est la circulation d’énergie tibétaine. Concrètement, l’énergie doit circuler jusqu’aux ovaires, par un exercice de respiration à réaliser plusieurs fois dans chacune des postures:

  • On inspire
  • On bloque
  • On dépose la langue sur la partie douce du palais, sans forcer et sans la coller aux dents
  • On active Mula Bandha
  • On visualise l’ovaire droit
  • On expire dans l’ovaire droit
  • On recommence le tout avec l’ovaire gauche, puis les deux ensemble

 

Cet exercice est répété tellement de fois que votre périnée vous le fera vite comprendre (la plupart des élèves ont du aller faire leur petit besoin deux à trois fois!). Mais c’est finalement ce que j’ai le plus apprécié, une sorte de « méditation ovarienne » et en mouvement, qui est très relaxante.

 

 

Où se procurer la série?

 

Je vais vous décevoir, mais elle est introuvable sur internet! L’HY est à mon avis très protégée car pour obtenir la série par e-mail de la part de la professeur, il faut revenir à plusieurs ateliers (et on ne sait pas combien).

En creusant un peu, je l’ai trouvée sur Youtube…en allemand! Pour les germanophones comme moi ça devrait aller, pour les autres, vous pouvez toujours imiter la professeur en appliquant l’exercice de circulation d’énergie dès qu’elle prononce « Luft anhalten, Bandha setzen ». Euh, bon courage?

 

 

Concrètement, comment ça marche?

Pas de miracle, mais du bon sens: l’ensemble combiné des postures et des exercices de visualisation et de respiration font travailler les muscles internes, favorisant la réactivation des glandes de la production d’hormones.

Du coup, attention aux contre-indications: il ne faut pas pratiquer pendant les règles, une grossesse, ou en cas de cancer du sein ou d’endométriose avancée.

 

Est-ce que l’on ressort en laissant ses problèmes hormonaux derrière soi?

Non, pas en un atelier, ni en une séance. Mais ce n’est pas très long pour y arriver.
Pour les problèmes mineurs, il ne faut parfois que deux semaines, à raison de 3 à 4 séances hebdomadaires. Au maximum, vous aurez à pratiquer à ce rythme pendant 4 mois, selon Dinah, ce qui me paraît très peu, mais pourquoi pas!

 

A vous de jouer!

Plus d’infos sur le site de Dinah: ici

Je vois que c’est une période propice pour parler de ce genre de choses sur les blogs yoga, je vous invite donc à lire les articles Emilie et Claudia sur les règles douloureuses!

A très bientôt!
Tiphaine

 

 

Publicités

7 commentaires sur “L’Hormone Yogathérapie ou…comment méditer sur vos ovaires!

  1. Bonjour et merci

    Certainement que les postures avec les visualisations activent l’énergie des organes comme toutes les régions visualisées d’ailleurs. C’est un plus. Cependant, il ne faut pas se contenter du yoga et voir aussi l’hygiène de vie en général et notamment l’alimentation qui est le 1er facteur de maladies.

    Hier, j’ai regardé cette vidéo que j’ai envie de la partager car j’ai fait les mêmes expériences et en ai tiré les mêmes conclusions.

    Et puis aussi cet article à l’instant:
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2016/01/l-alimentation-est-la-cause-d-un-cancer-sur-deux.html

    Je trouve très bien que le yoga puisse apporter des bienfaits sur le plan de la santé mais il ne faut pas oublier que le but premier du yoga est de se libérer.
    Je dis ça car depuis quelques années, le yoga est mis à toutes les sauces: yoga/vélo, yoga /équitation, yoga/tricot,… si si! 😀

    Aimé par 2 people

    1. Coucou Marie Eve, merci beaucoup pour ton message! Eh oui je suis entièrement d’accord avec toi, le yoga est vraiment mis à toutes les sauces avec le risque d’en oublier son but premier. C’est d’autant plus intéressant en ce qui concerne les yogas thérapeutiques. Certains sont-ils encore du yoga? Est-ce qu’il ne reprennent pas simplement certains éléments du yoga comme on le ferait dans n’importe quelle gymnastique douce? Oui c’est certain. C’est pour ça que je pense qu’ils devraient être pratiqués en complément d’une pratique plus traditionnelle, mais toutes les cibles de ces types de yoga n’en ont pas forcément envie… Elles viennent pour augmenter leur taux d’hormones et cela s’arrête là. C’est une des limites des yogas thérapeutiques, aussi bénéfiques soient-ils… A méditer 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s